4 restrictions alimentaires que tous les organisateurs d’événements devraient connaître

Les allergies ou sensibilités alimentaires, les pratiques religieuses et les croyances idéologiques sont quelques-unes des principales raisons pour lesquelles les gens ont recours à des régimes spécifiques ou suivent des restrictions alimentaires.

Alors que certaines restrictions sont destinées à prévenir des événements mettant la vie en danger, d’autres concernent les croyances personnelles et morales de vos invités. Dans tous les cas, elles sont tout aussi importantes.

Par conséquent, si vous organisez un événement – ou si vous êtes le traiteur d’un événement – il serait préférable de vous familiariser avec certaines des restrictions alimentaires les plus courantes.

Voici 4 restrictions alimentaires que vous devriez connaître.

1. L’intolérance au lactose

L’intolérance au lactose est un trouble digestif causé par une déficience de l’enzyme lactase, qui aide à digérer le lactose – le principal type de glucide du lait.

Or, environ deux tiers de la population mondiale cesse de produire cette enzyme après le sevrage. Ils deviennent donc intolérants au lactose.

L’intolérance au lactose signifie que des symptômes tels que des ballonnements, des douleurs abdominales, des flatulences et des diarrhées peuvent apparaître après la consommation d’aliments contenant du lactose, notamment le lait et les produits laitiers.

Toutefois, des études suggèrent que certaines personnes souffrant d’intolérance au lactose peuvent consommer jusqu’à 12 grammes de lactose par jour sans présenter de symptômes, soit à peu près la quantité de lactose contenue dans une tasse de lait de 240 ml (8 oz).

Les traitements actuels de l’intolérance au lactose consistent à réduire ou à éliminer sa consommation ou à prendre des pilules de lactase. Néanmoins, tous les produits laitiers ne sont pas identiques, et les gens peuvent tolérer certains produits mieux que d’autres.

Voici quelques recommandations de produits laitiers à prendre en compte lors de la planification du menu de votre événement :

Lait sans lactose

Cette alternative au lait est simplement du lait traité avec de la lactase, qui digère le lactose pour vous. Il est nutritionnellement identique au lait ordinaire, mais légèrement plus sucré.

Produits laitiers fermentés

Les personnes souffrant d’une intolérance au lactose peuvent tolérer le yaourt, le kéfir, la crème aigre, le Leben, le labneh, le mursik et le viili en raison de la digestion partielle du lactose par fermentation bactérienne.

Les fromages à pâte dure

Les fromages tels que le parmesan et le Granna Padano sont naturellement sans lactose et peuvent être tolérés par la plupart des gens.

Le beurre

Bien que le beurre soit constitué de la fraction grasse du lait, il peut contenir du lactose résiduel. Toutefois, le beurre clarifié ou ghee est généralement sans danger pour les personnes souffrant d’intolérance au lactose.

2. Intolérance ou sensibilité au gluten

Le gluten est l’une des principales protéines du blé, mais on le trouve également dans l’orge et le seigle. Il est responsable de l’élasticité et de la viscosité des produits de boulangerie.

Cependant, deux troubles liés au gluten touchent 1 à 7 % des personnes dans le monde. Il s’agit de la maladie cœliaque et de la sensibilité au gluten non cœliaque.

La maladie cœliaque est un trouble auto-immun induit par le gluten qui entraîne une inflammation et des lésions de l’intestin grêle.

Les symptômes courants de la maladie cœliaque sont les douleurs abdominales, la diarrhée et la perte de poids due à la malabsorption des nutriments. D’autres symptômes atypiques sont les éruptions cutanées, l’anémie et l’ostéoporose.

D’autre part, la sensibilité au gluten non cœliaque est une affection non allergique et non auto-immune, également causée par la consommation de gluten, qui entraîne des symptômes similaires à ceux de la maladie cœliaque.

En plus de réagir aux aliments contenant du gluten, les personnes souffrant de sensibilité au gluten non cœliaque ont également tendance à présenter de multiples intolérances alimentaires, notamment au lait de vache, aux œufs et à d’autres aliments.

Les traitements actuels de ces deux troubles reposent sur le suivi d’un régime sans gluten strict et à vie.)

Cela signifie que les aliments contenant des ingrédients fabriqués à partir de blé, d’orge et de seigle, comme le pain, les pâtes, les céréales, les craquelins, les produits de boulangerie et la bière, sont interdits. Certaines personnes atteintes de la maladie cœliaque peuvent également réagir à l’avoine en raison d’une contamination croisée pendant le traitement.

Vous pouvez plutôt opter pour des céréales, des amidons et des farines naturellement exempts de gluten, comme le riz, le quinoa, le maïs, le tapioca, le millet, l’amarante, le sarrasin, le sorgho, les pommes de terre, le yucca, le plantain, les haricots, les lentilles et les pois chiches.

3. Le végétarisme

Le végétarisme est un mode d’alimentation qui repose principalement sur des aliments d’origine végétale et évite les viandes, la volaille et le poisson.

Cependant, de nombreuses variantes permettent de consommer certains aliments d’origine animale, notamment le lait et les produits laitiers.

Lacto-végétariens : excluent la viande, la volaille et le poisson mais incluent le lait et les produits laitiers.

Ovovégétariens : excluent la viande, la volaille et le poisson, mais incluent les œufs.

Lacto-ovo-végétariens : excluent la viande, la volaille et le poisson mais incluent le lait, les produits laitiers et les œufs.

Pescatariens : excluent la viande et la volaille, mais incluent le poisson, le lait, les produits laitiers et les œufs.

Semi-végétariens ou flexitariens : principalement végétariens, ils consomment occasionnellement de la viande, des produits carnés, de la volaille et du poisson.

Étant donné que les sources de protéines d’origine animale sont soit limitées, soit évitées dans le cadre d’un régime végétarien, l’idéal serait d’inclure des protéines d’origine végétale dans votre menu.

Essayez de privilégier les légumes secs ou légumineuses (pois, haricots, pois chiches et lentilles), le quinoa, le soja et les produits dérivés du soja comme le tofu ou le tempeh.

Les fruits, les légumes, les céréales complètes, les noix et les graines sont d’autres aliments d’origine végétale importants.

4. Le véganisme

Les régimes végétaliens sont une forme plus stricte de végétarisme dans laquelle tous les animaux et les aliments d’origine animale sont évités.

Cela signifie que des ingrédients comme la gélatine, les sauces à base de poisson, le miel, le pollen d’abeille, la caséine et le lactosérum sont interdits.

Le véganisme est principalement lié à des convictions religieuses, éthiques et environnementales. Cependant, il peut également présenter certains avantages pour la santé, notamment une élimination de la graisse du corps, une perte de poids et un risque moindre de maladies chroniques comme les maladies cardiaques, certains cancers et le diabète de type 2.

Comme le végétarisme, le véganisme a ses variantes.

Parmi celles-ci, citons le régime fruitier, qui repose sur les fruits, les noix, les graines et certains légumes, ainsi que le régime végétalien cru, qui repose principalement sur des aliments végétaux non cuits.

Assurez-vous d’inclure divers grains entiers, fruits, légumes et sources de protéines végétales – cuits et crus si possible – si vous organisez un événement végétalien.

À propos de percvrance

Artiste et entrepreneure de la Nouvelle-Calédonie

Afficher tous les articles de percvrance

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *